Doreen Dietrich, Zoug

Une boutique de vêtements féminins, chez Doéma ? Oui mais pas seulement. Dans son corbeillon, on trouve : le principe selon lequel la clientèle est reine, le temps de prendre son temps, des bijoux en porcelaine créés par une artiste de Meissen – mais oui, l’antique capitale saxonne de la porcelaine – des accessoires sans racisme … puisqu’il y en a même pour chiens. Quant à la mode féminine Doéma, elle se veut d’élégante à sportive. Le tout dans un moelleux cadre de rusticité moderne. IMG_2206
  • Nom : Dietrich
  • Prénom : Doreen
  • Enseigne : Doéma
  • Lieu : Kolinplatz 5, 6300 Zoug
  • Date d’ouverture : 28 Septembre
  • Site internet : http://www.boutique-doema.ch/
  • Logo :Doema_GC
 
Bild_Dietrich

Vous êtes née à Meissen et vous vous avez suivi, là-bas, une formation de vendeuse de boulangerie. Comment se fait-il que vous soyez devenue, à Zoug, gérante d’une boutique qui n’a rien à voir avec la boulangerie ?

Ma formation à Meissen était essentiellement axée sur le service à la clientèle, ce qui me fascinait. Pour parfaire cette formation, je suis venue en Suisse en 2001 où, pendant six ans, j’ai occupé le poste de directrice de succursale. Il se trouve que j’ai un côté très créateur, particulièrement en matière d’aménagements d’intérieur. Regardez mes cintres ; ils sont faits de branches naturelles. Je me suis donc posé surtout deux questions : que puis-je faire de neuf et dans quel domaine qui n’existe pas encore ? Je suis ainsi parvenue à mon concept actuel que j’ai baptisé Doéma, une contraction de mon prénom Doreen et de celui de ma fille Emma.

La fête organisée pour l’ouverture de votre boutique a été un succès, n’est-ce pas ?

Fantastique. Près de soixante personnes ont répondu à l’invitation, des gens de passage, des amies, la famille et même des clients de l’entreprise où j’avais travaillé auparavant. J’ai vendu quelques habits et j’ai eu des réactions très positives, à propos de ces pièces d’habillement mais aussi à propos de l’aménagement du local.

IMG_2224

Comment avez-vous trouvé vos premiers clients ?

La fête d’ouverture m’a procuré mes premières commandes. Un grand principe : le client est roi. Par exemple, une personne un peu enveloppée souhaitait des vêtements spéciaux ; une autre personne désirait un sac à main perso, etc. J’ai fait ce qu’il fallait pour les satisfaire. Nombreux sont les invités de la fête d’ouverture qui sont revenus en tant que clients. Mais j’ai aussi utilisé des techniques de marketing au départ. Par exemple, distribution de flyers et de pantalons, invitations personnelles, etc.

Avez-vous toujours souhaité un statut d’indépendante ?

Surtout depuis la naissance de ma fille. La vente m’a toujours intéressée mais, pour avoir plus de temps pour ma fille, je souhaitais fixer mes propres horaires et devenir plus flexible.

IMG_2215

Comment voyez-vous l’avenir à court et moyen terme ?

Je souhaiterais pouvoir engager une collaboratrice, que je formerais, afin de pouvoir m’absenter un jour par semaine. J’aimerais bien, aussi, vendre des produits suisses et locaux; je suis persuadée que ma clientèle se sentira encore plus à l'aise au milieu d'un assortiment de proximité. Il faut aussi que je parvienne à fidéliser la clientèle de passage. En résumé, j’aimerais vraiment que les gens apprécient mes produits et qu’ils sachent que ce sont des objets uniques.

Avez-vous bénéficié d’aide et de conseils ? Ont-ils été utiles ?

J’ai eu beaucoup d’appui moral et psychologique. Surtout lorsque je me heurtais à un obstacle imprévu. L’entourage me disait : «Ça va aller. Tu vas réussir !». Côté pratique, mon père m’a beaucoup aidée lors de l’aménagement du magasin, mon mari s’est occupé de ma fille, ma mère et ma sœur ont fabriqué les textes pour le site internet et même mes voisins sont intervenus dans le cadre de mes contacts avec Microcrédit Solidaire Suisse. J’ai vraiment eu beaucoup d’aide.

Quelles recommandations pourriez-vous adresser à une personne qui souhaite fonder sa propre petite entreprise ?

D’abord, il faut bien réfléchir au financement et à la localisation du projet. L’emplacement est très important. Pour le financement, je recommande Microcrédit Solidaire Suisse. Et, surtout, il faut un entourage stable, qui croit en votre projet, vous aide et vous appuie. A mon avis, impossible de se lancer dans ce genre d’aventure sans l’appui inconditionnel de l’entourage.

Mots-clés : , , , , , , ,

Articles relatifs

Les commentaires sont fermés.